Archive for the ‘Economie’ Category

La victoire annoncée de l’ordre structuré

5 avril 2017

C’est le cœur lourd que j’écris ces lignes – oui, quitte à paraître dramatique. Car il me parait désormais clair que l’éventualité d’une victoire de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle est imminente. Pour certains, cette victoire représenterait le triomphe de nobles sentiments sur la cupidité et le renfermement, celui de l’esprit sur le materialisme, celui de l’altruisme sur l’égoïsme, celui du peuple sur l’élite et les puissants. Pour autant, il me paraît clair que la victoire d’un Mélenchon annoncerait une catastrophe matérielle, humaine, et idéologique.

J’en fais le pari solennel : Marine Le Pen sera absente du second tour. Nous y retrouverons, j’en suis convaincu, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, pour un combat entre les forces d’un libéralisme au sens le plus large du terme : un idéal républicain inspiré, dans les grandes lignes, des idéaux de 1789 d’un côté ; et ceux d’un planisme étatique de l’autre, inspiré de ceux de 1792. Les deux Républiques Françaises (la formule est le titre d’un livre de Phillipe Némo) vont s’affronter, et le vent idéologique n’est désormais plus en faveur des idéaux de 1789.

Je ne m’en suis jamais caché, je suis un libéral, avec coeur, raison, et donc ferveur. Bien qu’aucun candidat ne suscite mon admiration, Mélenchon représente pour moi une conception du politique profondément illusoire  – il est un avatar de cette route de la servitude que dénonçait Hayek dans son fameux ouvrage de 1947. A bien des égards, d’ailleurs, il représente un penchant plus doucâtre, mielleux, et maladroitement bienveillant de ce que représente, à droite, Marine Le Pen.

Pour autant, il est désormais difficile pour moi d’expliquer les raisons qui me conduisent à un tel constat. Celui-ci est le résultat de longues années de réflexion et de recherche qui ont contribuées à la formation de mon esprit. Mais l’heure est désormais grave, et c’est pourquoi je vais tâcher ici, le plus clairement et succinctement possible, d’en déployer l’analyse, car j’en ressens le devoir.

(more…)