Posts Tagged ‘Macron’

Macron et la représentation politique : la stratégie du costume vide

15 avril 2017

La première expérience institutionnelle avec la pratique politique est celle de la classe d’école. C’est dans cette institution traversée de relations de pouvoir que s’expérimente la vie en société au-delà de la cellule familiale originelle faisant figure d’une évidence trompeuse. Une foule d’individus s’y trouve jetée au monde, au regard pénétrant de l’autre d’abord, mais aussi, bien évidemment; à la réalisation d’un projet personnel, encadré par des lois, une hiérarchie, et des frontières qui délimitent son domaine. Ce n’est donc pas un hasard si l’enjeu de l’éducation est si présent dans le débat politique : c’est ici que seront testés les dispositifs étatiques de maîtrise des corps et des esprits.

Au sein de ce microcosme politique s’exerce déjà, de façon embryonnaire, les dynamiques de pouvoir citoyen : très souvent, pour ne pas dire systématiquement, c’est l’occasion pour tous de se familiariser à la question politique, à travers le contenu thématique des cours dispensés, bien entendu, mais aussi et surtout à travers la pratique des élections de représentants : les délégués de classe.

Au fil des ans et des inlassables élections de délégués, niveau après niveau, deux grandes figures paraissent en surgir : L’une, le délégué de classe engagé, promet de défendre des revendications précises sur des sujets aux pourtours bien délimités parfois même physiquement : ouvrir une salle de divertissement et de repos, protéger les biens matériels par des mesures de sécurité, défendre le droit d’utiliser son téléphone portable librement, négocier des aménagements de rythme de travail, ou que sais-je, le détail de ces mesures importe peu pour notre propos. L’autre est celle du porte-voix. Son seul programme est celui d’une représentation : il va collecter les requêtes, les inquiétudes, les besoins ; anonymer les individus à l’origine de ceux-ci pour les protéger de l’autorité ou de la vindicte populaire si nécessaire, et en quelque sorte effacer dans sa fonction son individualité propre, pour mieux servir les intérêts des électeurs qui, en participant à sa désignation, ont reporté leur responsabilité sur lui. Le porte-voix jette un pont entre l’autorité de la hiérarchie et celle des individus qui en sont les sujets.

Dans le contexte de la présidentielle de 2017, nombreux sont ceux qui proposent un programme préconçu, pensé avec la fixité de l’intelligence jetée sur une durée passionnelle, animé d’un esprit planificateur et d’une vue de surplomb sur le temps d’un mandat – et parfois même plus. Un seul, il faut bien l’admettre, propose une seconde voie, une représentation mal définie, sans cesse en mouvement, prompt à être réajustée, adaptée aux demandes des citoyens dont il propose de se faire le porte-voix : Emmanuel Macron.

(more…)